TTT#35 : Les 10 livres que vous avez lus pour l'école et que vous avez adoré


Le Top Ten  Tuesday est un rendez-vous hebdomadaire dans lequel on liste notre top 10 selon le thème littéraire prédéfini. Ce rendez-vous a initialement été créé par The Broke and the Bookish et repris anciennement en français par Iani - Carnet de Lectures. Depuis peu, c'est Frogzine qui héberge le Top Ten Tuesday en français! Voilà une belle manière de partager notre passion de la lecture et du monde livresque avec d'autres passionnées comme nous. Vous trouverez donc différents Top 10 que ce soit en lien avec les livres eux-mêmes, les auteurs, les maisons d'éditions, les adaptations, etc...  Beaucoup de plaisir en perspective

 Bon, adoré est sensiblement excessif, mais que j'ai beaucoup plus apprécié que les autres pourquoi pas. Parce que moi et les lectures imposées à l'école nous n'étions vraiment pas amies à cette époque maintenant bien lointaine, et oui que voulez-vous je vieillis. J'ai apprécier de lire bien tard grâce à ma mère et puis c'est devenu une habitude, une addiction, et maintenant c'est mon quotidien ou presque.
Alors voici la liste de mes 10 romans lus à l'école de la primaire à je pense la terminale, car en prépa, j'ai tout simplement détesté toutes mes lectures imposées !!!

1- On ne Badine pas avec l'amour - Alfred de Musset.
Ma première pièce de théâtre qui n'était pas du Molière. Ouf !, merci !, enfin !, bref, un vent nouveau a soufflé sur moi et m'a enfin fait apprécié le théâtre. Et je me rappellerai toujours ce passage :

"Tous les hommes sont menteurs, inconstants, faux, bavards, hypocrites, orgueuilleux et lâches, méprisables et sensuels ; toutes les femmes sont perfides, artificieuses, vaniteuses, curieuses et dépravées ; le monde n'est qu'un égout sans fond où les phoques les plus informes rampent et se tordent sur des montagnes de fange ; mais il y a au monde une chose sainte et sublime, c'est l'union de deux de ces êtres si imparfaits et si affreux. On est souvent trompés en amour, souvent blessé et souvent malheureux ; mais on aime, et quand on est sur le bord de sa tombe, on se retourne pour regarder en arrière et on se dit : j'ai souffert souvent, je me suis trompé quelquefois ; mais j'ai aimé. C'est moi qui ai vécu, et non pas un être factice créé par mon orgueuil et mon ennui."

 Le jeune seigneur Perdican devrait y épouser sa cousine Camille, mais en un instant il décide d'aimer une jeune bergère. Soudain dédaignée, Camille, qui ne croyait pas à l'amour, connaît le dépit, la jalousie, l'égoïsme de la passion. Autour d'eux, s'agitent des personnages fantoches d'une cocasserie irrésistible. Dans ce théâtre féérique, on se croise, on se déchire, on s'ennuie, on croit que tout est vain, on triche, on se désire, on souffre jusqu'à en mourir. Comme dans la vie.

2- Ravage - René Barjavel
Je devais être au collège, ma professeur de français de l'époque nous avait donné une liste de roman, et nous devions piocher un livre au hasard. Le hasard est bien fait, j'ai lu et vraiment adoré ce roman, mon premier Barjavel, un monde ravagé, un cauchemar collectif, une société futuriste tellement proche de la notre. Mon premier science-fiction ...

Paris 2052; dans une France où la Ville prospère , où le Progrès de l'homme éclate, où l'électricité, devenue indispensable, a même remplacé l'agriculture, tout semble possible et l'Homme n'a même plus peur de la mort. Pourtant, après une formidable panne électrique, la ville est brusquement plongée dans le chaos.
Une panique effroyable prend les Parisiens, laissant les hommes en proie à leurs instincts les plus primaires: égoïsme, folie, pillages, tuerie, barbarie...


3- Le hussard sur le toi -  Jean Giono
Après avoir vu le film à l'école nous devions lire le roman et ce fut pour moi une très belle découverte. La plume de Giono est extraordinaire, nous emporte sur les chemins où les paysages, les corps, la souffrance sont comme peints au couteau. Bonj'avoue avoir eu un peu du mal à finir le roman, car il est un peu long pour la novice que j'étais, et que j'ai largement préféré la fin du film plustôt que le roman, mais que importe, j'ai découvert cet auteur et j'ai pu en découvrir d'autres ensuite.

Le hussard sur le toit : avec son allure de comptine, ce titre intrigue.
Pourquoi sur le toit ? Qu'a-t-il fallu pour l'amener là ? Rien moins qu'une épidémie de choléra, qui ravage la Provence vers 1830, et les menées révolutionnaires des carbonari piémontais. Le Hussard est d'abord un roman d'aventures : Angelo Pardi, jeune colonel de hussards exilé en France, est chargé d'une mission mystérieuse. Il veut retrouver Giuseppe, carbonaro comme lui, qui vit à Manosque. Mais le choléra sévit : les routes sont barrées, les villes barricadées, on met les voyageurs en quarantaine, on soupçonne Angelo d'avoir empoisonné les fontaines ! Seul refuge découvert par hasard, les toits de Manosque ! Entre ciel et terre, il observe les agitations funèbres des humains, contemple la splendeur des paysages et devient ami avec un chat.
Une nuit, au cours d'une expédition, il rencontre une étonnante et merveilleuse jeune femme. Tous deux feront route ensemble, connaîtront l'amour et le renoncement.


4- Vipère au poing - Hervé Bazin
Cette lecture m'a marqué même si je ne peux pas dire que j'ai adoré. Mais ce fut pour moi un livre déclencheur, qui m'a fait aimé encore plus la lecture. Je ne serai pas vous expliquez réellement le pourquoi du comment, mais j'en garde un bon souvenir malgré la souffrance, la dureté de ce récit.

"Vipère au poing, c'est le combat impitoyable livré par Jean Rezeau, dit Brasse-Bouillon, et par ses frères à leur mère, une femme odieuse qu'ils ont surnommé Folcoche.
Cri de haine et de révolte, ce roman, largement autobiographique, le premier d'Hervé Bazin, lui apporta la célébrité et le classa d'emblée parmi les écrivains les plus du XXème siècle."


5- Antigone - Jean Anouilh
Encore une pièce de théâtre qui fut une révélation pour moi. La TRAGEDIE, des mots forts, de l'intensité, de l'amour, du sacrifice, bref, une nouvelle découverte pleine de passion, de force, j'avais adoré cette pièce.

Antigone est la fille d'Œdipe et de Jocaste, souverains de Thèbes. Après le suicide de Jocaste et l'exil d'Œdipe, les deux frères d'Antigone, Étéocle et Polynice se sont entretués pour le trône de Thèbes. Créon, frère de Jocaste et – à ce titre – nouveau roi, a décidé de n'offrir de sépulture qu'à Étéocle et non à Polynice, qualifié de voyou et de traître. Il avertit par un édit que quiconque osera enterrer le corps du renégat sera puni de mort. Personne n'ose braver l'interdit et le cadavre de Polynice est abandonné à la chaleur et aux charognards.
 Seule Antigone refuse cette situation. Malgré l'interdiction de son oncle, elle se rend plusieurs fois auprès du corps de son frère et tente de le recouvrir avec de la terre. Ismène, sa sœur, informée de sa décision, refuse de la suivre, craignant sa propre mort.
 Très vite, Antigone est prise sur le fait par les gardes du roi. Créon est obligé d'appliquer la sentence de mort à Antigone.


6- Le rouge et le noir - Stendhal
Là encore, j'ai beaucoup apprécié le livre qui était totalement différent de mes précédentes lectures. Un nouvel auteur, un nouveau style avec je trouvais de nombreux rebondissements. Là encore de la passion, une envie de partager, de vivre jusqu'à en mourir. C'est contradictoire je vous l'accorde mais Stendhal à su trouver les mots pour m'emporter tout simplement.

Fils de charpentier, Julien Sorel est trop sensible et trop ambitieux pour suivre la carrière familiale dans la scierie d’une petite ville de province.
En secret, il nourrit une fascination pour Bonaparte et ses mémoires compilés dans Mémorial de Saint-Hélène de Las Cases.
Il rêve d’une ascension similaire à celle de l’empereur. Julien trouve une place de précepteur dans la maison du maire, Monsieur de Rénal, et noue une relation interdite avec son épouse. Chassé lorsque cette idylle est découverte, il rentre au séminaire de Besançon.
Avant peu, il monte à Paris et devient le secrétaire du Marquis de la Mole, dont il séduira la fille Mathilde.
Jusqu’au bout, Julien Sorel verra son ambition contrecarrée par ses sentiments, qui le conduiront à sa perte.


7- Une vie - Guy de Maupassant
Cet auteur fut une révélation pour moi, suite à ce roman, j'en ai lu plus, car j'aime son style, sa façon de voir la société dans son époque, le poids des conventions, la volonté du paraître, le besoin d'appartenir à la société. Maupassant a toujours été un de mes auteurs favoris, l'est-il toujours, il faudrait que me replonge dans un de ses ouvrages.

Jeanne, fille unique très choyée du baron et de la baronne Le Penthuis des Vauds, avait tout pour être heureuse. Son mariage avec Julien de Lamare, rustre et avare, se révélera une catastrophe. Sa vie sera une suite d'épreuves et de désillusions. Ce roman, le premier de Guy de Maupassant, est une peinture remarquable des moeurs provinciales de la Normandie du XIXe siècle : hobereaux, domestiques et paysans y sont décrits avec beaucoup de réalisme.

8- Bulle ou la voix de l'océan - René Fallet
C'est sans doute le seul roman que j'ai aimé lire au primaire, car les autres et bien soit je ne me rappelle pas du tout soit je sais que je n'avais pas aimé et à cet époque que c'est long de lire toutes ces pages parfois sans dessin !!! Bulle c'est un poème, un ode à la liberté, des rencontres, c'est l'ivresse des fonds marins, c'est l'aventure.

Bulle est un coquillage rare des mers du Sud. Elle n'a d'autres soucis que de faire bon ménage avec son locataire, un mollusque paresseux. Mais elle rêve de voyager. Un beau jour, bulle se retrouve sur un vaisseau pirate!
Pour son plus grand plaisir, elle devient alors l'objet de toutes les convoitises, passant des mains du capitaine à celles d'un matelot. Puis elle est vendue à un marchand, avant de rencontrer Marie-Fraise, Anicet-la-Violette, et enfin Petit Pierre, le seul qui, comme elle, aime vraiment la mer...


9- La peste - Albert Camus
Camus est loin d'être pour moi mon auteur préféré. Je n'apprécie par particulièrement ces œuvres sauf celle-ci que j'avais particulièrement appréciée. Peut-être Est-ce du au fait de l'ambiance apocalyptique de ce roman qui père sur ce texte et qui sera pour moi un prémisse d'un genre littéraire que j'apprécierai bien plus tard, peut être, en tout cas j'avais beaucoup aimé ce texte.

- Naturellement, vous savez ce que c'est, Rieux ?
- J'attends le résultat des analyses.
- Moi, je le sais. Et je n'ai pas besoin d'analyses. J'ai fait une partie de ma carrière en Chine, et j'ai vu quelques cas à Paris, il y a une vingtaine d'années. Seulement, on n'a pas osé leur donner un nom, sur le moment... Et puis, comme disait un confrère : " C'est impossible, tout le monde sait qu'elle a disparu de l'Occident." Oui, tout le monde le savait, sauf les morts. Allons, Rieux, vous savez aussi bien que moi ce que c'est...
- Oui, Castel, dit-il, c'est à peine croyable. Mais il semble bien que ce soit la peste.

10- Des souris et des hommes - John Steinbeck
Ce roman est le premier roman pour lequel j'ai pleuré. J'ai été emporté par ces personnages, à la fois forts et naïfs. Une écriture puissante, un pays qui était pour moi à l'époque loin de l'autre côté de la mer. Une écriture nouvelle. Des phrases chocs, une révélation. Que de bons souvenirs me rappelle ce livre malgré l'oppression ressentie lors de sa lecture.

George Milton et Lennie Small, deux amis, errent sur les routes de Californie. George protège et canalise Lennie, une âme d’enfant dans un corps de géant. Lennie est en effet un colosse tiraillé entre sa passion - caresser les choses douces – et sa force incontrôlable. Animés par le rêve de posséder leur propre exploitation, ils travaillent comme journaliers, de ranch en ranch.
L’amitié qui les lie est pure et solide, mais ne suffit pas à les protéger de la maladresse de Lennie. Une maladresse presque poétique, qui les conduit à changer sans cesse de travail, et qui laisse poindre à l’horizon un drame sans égal.



 Et vous les avez-vous lus également ? Quel est le livre qui vous a le plus marqué durant votre enfance ?

Commentaires

  1. Je me rappelle que j'ai eu un cours du Sand et Musset en 5e secondaire et qu'on avait parlé de On ne badine pas avec l'amour, j'avais eu très envie de le lire, mais 8 ans après ce n'est toujours pas fait ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est peut être le moment de le faire ;) car il est indémodable ...

      Supprimer
  2. J'ai lu On ne badine pas avec l'amour après la fac et j'ai beaucoup aimé ! Ça m'a inspiré dans l'écriture

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'irai pas jusqu'à l'inspiration, mais en tout cas il m'a marqué.

      Supprimer
  3. J'avais pas franchement apprécié les livres lus au lycée.. d'ailleurs je les lisais peu malgré mon intérêt pour la lecture !
    En revanche au collège j'ai eu des gros coups de coeur !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi je dirais que c'est plutôt l'inverse et c'est ce qui m'a donné envie de fouiller dans la bibliothèque de ma mère !

      Supprimer
  4. Eh bien ! Quelle liste enthousiasmante ! J'aurais pu également mettre Le Rouge et le Noir dans la mienne mais il fallait bien s'arrêter à 10 !! ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup.
      Quant à moi, j'ai eu quelques difficultés à aller jusqu'à 10 !!

      Supprimer
  5. Je n'ai lu aucun des livres que tu cites! :o Par contre j'ai dû lire l'étranger de Camus et j'ai pas aimé ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai lu également l'étranger de Camus, et je n'avais pas aimé non plus.

      Supprimer
  6. Je n'avais pas du tout aimé Le rouge et le noir personnellement, mais je crois que je l'ai lu trop jeune (c'est mon père qui me l'avait donné, je ne l'ai pas lu pour l'école). Il faudrait que je retente l'expérience un jour ^^
    Par contre, Des souris et des hommes est l'un de mes romans préférés :) Premières larmes livresques pour moi aussi !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je vais t'avouer que j'avais eu envie de relire le Rouge et le Noir il y a quelques temps, mais que je m'étais un peu ennuyée. Je remarque que maintenant nous avons accès à tellement de livres différents dans un style "nouveau" : Dystopie, new romance, Young Adult, que les classiques semblent désuets ...

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Outlander : Ecrit avec le sang de mon coeur, partie 2 - Diana Gabaldon

TTT #21 - les 10 romans à lire avant de mourir

Outlander : Ecrit avec le sang de mon coeur, partie 1 - Diana Gabaldon

Bilan de l'année 2016

Fifty Shades HS : Grey - E.L. James